Jérôme Denis


Maître de conférences en sociologie
TELECOM ParisTech - Département SES
Laboratoire de Traitement et de Communication de l'Information (CNRS UMR 5141)


Tel: +33(0)1 45 81 76 11 - Fax: +33(0)1 45 65 95 15
jerome.denis@telecom-paristech.fr 


Blog : scriptopolis


Thèmes de recherche
 
Mes recherches prennent place au croisement des Science and Technolgy Studies, de l'anthropologie de l'écrit et de la sociologie pragmatique du travail. Elles visent à souligner l'épaisseur pratique et politique des infrastructures informationnelles qui sont le socle, généralement invisible, des sociétés contemporaines
Une grande partie de mes travaux sont menés en collaboration avec David Pontille.

Smart Cities, Villes connectées, Open Data : l'écologie informationnelle des espaces publics
Équipées par un nombre toujours plus grand de technologies de l'information, les villes sont en profonde mutation. À côté des discours prophétiques qui annoncent sur un ton critique ou optimiste une révolution technologique qui modifierait la nature même des espaces publics, il est utile de développer des travaux académiques qui inscrivent des enquêtes empiriques approfondies dans la tradition des discussions théoriques à la croisée des Urban Studies et des Sciences and Technologies Studies.
Mes recherches récentes adoptent cette perspective, en partenariat avec des entreprises innovantes, ou des collectivités. Elles portent notamment sur les pratiques de cartographies participatives, la production de données en back-office des services urbains et les initiatives d'open data, ou encore les politiques de régulation des formes d'affichages publics.

Back-office et infrastructures scripturales 
L'idée de « société de l'information » est souvent associée aux métaphores de la fluidité, de la transparence et de l'immatérialité. L'usage répété et non questionné de ces termes masque toutefois les conditions concrètes qui permettent effectivement la circulation accrues d'informations. Récemment, des travaux ont porté sur ces infrastructures informationnelles, soulignant d'une part leur dimension politique et d'autre part leur épaisseur sociale.
Dans le sillage ces analyses, mes recherches portent sur le travail d'entretien et de production de données ou d'informations effectué en coulisses des services associées aux technologies de l'information et de la communication. Elles explorent les formes de son organisation, l'activité de ceux qui l'accomplissent, ainsi que les différentes modalités de son invisibilisation.
Elles questionnent également des propriétés matérielles des dispositifs informationnels peu étudiées jusqu'ici,  en se focalisant sur les activités de maintenance, de nettoyage et de réparation, dans des domaines aussi variés que la signalétique du métro, la sécurité informatique, ou les systèmes d'information et de traçabilité financière.

Les règles et leur disponibilité au travail
L’étude des règles au travail s’est profondément enrichie depuis quelques années. Deux perspectives de recherche se sont notamment développées. L'une consiste à interroger les règles dans leur matérialité en prenant au sérieux leur caractère scriptural. L'autre invite à prendre la mesure politique de la production des règles, toujours collective. Épaississant en quelque sorte l’action, ces perspectives permettent de sortir du carcan exclusivement phénoménologique de la posture ethnométhodologique, tout en maintenant le centrage de l’analyse sur l’endogénéité de l’ordre social. Mais elles présentent aussi un risque non négligeable : celui de contracter à nouveau l’analyse en reportant l’exclusivité radicale de l’ethnométhodologie sur les règles comme objets scripturaux stabilisés.
Tout se passe trop souvent comme si, dès lors qu'elle est incarnée dans un document, la norme y était effectivement déposée, figée une fois pour toute. Il y a alors un risque à vouer l’ensemble des actions qui suivent l’écriture normative à être étudié comme extérieur à la règle « en tant que telle », sous la forme de l'interprétation, de l’appropriation ou du détournement. On retrouve cette opposition dans la distinction entre travail prescrit et travail réel qui s’appuie souvent sur une vision trop pauvre de la prescription en lui refusant toute forme de « réalité ».
Mes recherches dans le domaine cherchent à comprendre comment les règles peuvent être des ressources concrètes pour l’action. Pour cela, elles s'appuient sur l'observation des règles dans leurs manifestations les plus ordinaires, explorant les manières dont elles sont énoncées, exposées et mises à disposition.

Thèmes annexes
Travaux en sociologie économique sur l'activité de distribution audiovisuelle autour des enjeux de visibilité des acteurs collectifs sur les scènes marchandes.
Travaux en sociologie des organisations sur les relations entre collaboration, division du travail et usages des technologies de l'information et de la communication

 

 
 
Publications
 
 
Enseignements